Super User

Super User

Quis fringilla quis cursus urna sed sed velit nunc metus condimentum. Et pretium nec magna eros id commodo ligula Phasellus Curabitur wisi. Lacus elit lorem ridiculus vitae tempus eget nibh ut risus et.

10 septembre 2014 In Qu'est ce que l'IMC ? 0 comment

Le terme d’IMC s’applique à une lésion cérébrale qui n’évolue pas. Cependant, elle est survenue sur un cerveau en pleine maturation et va entraver le développement de l’enfant, entraînant des conséquences sur les possibilités de contrôle moteur, l’appareil orthopédique, les capacités d’apprentissages scolaires, l’équilibre psychoaffectif. Une évaluation régulière des capacités de l’enfant dans tous ces domaines est donc indispensable.

10 septembre 2014 In Qu'est ce que l'IMC ? 0 comment

  • Diplégie spastique ou maladie de Little (chirurgien qui la décrivit au XIXe siècle): tout le corps est atteint, les membres inférieurs étant plus touchés que les membres supérieurs. L’atteinte motrice est caractérisée par des membres inférieurs en adduction rotation interne des cuisses, flexion des genoux et des hanches, équin des pieds (le talon ne touche pas le sol) lors de la mise en station debout. Le contrôle de la tête est en général bon; l’atteinte des membres supérieurs est limitée et se manifeste par un léger tremblement, une maladresse. Les atteintes associées peuvent être un strabisme, des troubles praxiques, visuo-perceptifs ou visuo-constructifs, une épilepsie. Le langage est habituellement intact. Les premiers signes sont repérés vers l’ âge de 9 mois (l’enfant ne s’assied pas seul et perd l’équilibre lorsqu’il est assis) ou souvent plus tard lorsque l’enfant commence à se hisser debout (marche sur la pointe des pieds).
  • Paraplégie (rare chez l’IMC): l’atteinte touche exclusivement les deux membres inférieurs.
  • Triplégie: touche tout le corps, prédominant aux 2 membres inférieurs et à 1 membre supérieur.
  • Tétraplégie (ou quadriplégie): l’atteinte touche tout le corps. Le trouble est donc massif et associe une insuffisance posturale de tronc, un contrôle de la tête souvent faible, une raideur des membres. Les signes associés peuvent être des convulsions, des anomalies de langage ou de parole, de la coordination oculaire. Du fait de l’importance de l’atteinte, le déficit est évident dès 3 mois.
  • Hémiplégie cérébrale infantile: un seul côté du corps (hémicorps) est atteint. Cette atteinte peut aussi toucher la face. La marche est acquise vers 2 ans et permet à l’enfant une autonomie motrice. L’atteinte prédomine souvent au membre supérieur (attitude en flexion du coude et du poignet, pro nation de la main, difficultés à prendre les objets par la pince pouce-doigt); cclui-ci peut prendre une attitude dystonique (extension des doigts lente et non dissociée lors de la prise d’objets). Parfois, une atteinte controlatérale minime existe car le mécanisme responsable de l’atteinte a provoqué une lésion qui n’est pas strictement limitée à un hémisphère cérébral. Des signes peuvent être associés: hémianopsie (perte de la vision d’une moitié du champ visuel des deux yeux), strabisme, astéréognosie (non reconnaissance par le toucher des formes, volumes, consistances…), troubles spécifiques du langage ou troubles visuo-spatiaux, épilepsie (partielle motrice, spasme en flexion). Le handicap est repérable vers 5-6 mois par une asymétrie dans les attitudes et les mouvements de l’enfant (préhension unilatérale, attitude en flexion-pronation du membre supérieur). Cette forme représente 10% des IMC.
  • Monoplégie : atteint un seul membre, le bras plus fréquemment que la jambe.
  • L’athétose (du grec a-tithenai, « sans poser « ) est un trouble du contrôle postural avec mouvements involontaires lors de la posture et du mouvement, de faible amplitude et prédominant aux extrémités des membres. Des troubles de la parole par contraction des muscles phonatoires y sont associés. Les mouvements anormaux apparaissent vers un an succédant à une période où l’enfant reste trop mou (hypotonie).
25 août 2014 In Partenaires 0 comment
           
     
           
     
           
           
           
           
           

 

Avant tout traitement, il est nécessaire d'effectuer une évaluation neuromotrice afin d'adapter le traitement au cas par cas. Il n'existe pas de traitement curatif pour l'IMC, mais certains soins vont permettre à l'enfant de faire des mouvements sans aide extérieure, de maintenir une position ou de soutenir son corps. On peut avoir recours pour cela à la kinésithérapie ou encore à l'ergothérapie.
Des séances d'orthophonie vont permettre de travailler l'articulation et le langage.
Un régime alimentaire adapté peut résoudre les problèmes de digestion et de constipation.

Page 1 sur 3

Espace Réservé

Vous êtes ici : Home Origine Super User